Qui es-tu ?

Je m’appelle Sophie, j’ai 23 ans et j’étudie à Toulouse Business School. Je suis actuellement en année de césure, pour mon premier stage je suis au service promotion / événementiel d’une maison d’édition. Aussi membre des jeunes ambassadeurs pour le climat. 

 

Qu’est-ce qui t’a fait prendre conscience des problématiques écologiques?

Je pense qu’il faut être aveugle pour ne pas avoir conscience des problématiques écologiques. Même si ça passe par une photo d’un ours polaire sur un glaçon à la place de sa banquise. Prendre conscience des problématiques c’est se rendre compte de tous les liens qu’il existe entre chacune de nos action (même minimes) sur le reste du monde. L’effet papillon. De ce point de vue je pense que c’est grâce à l’engagement dans plusieurs associations ou même via des conférences. C’est en sortant de ma zone de confort que j’ai réellement pris conscience des problématiques auxquelles on fait maintenant face.

 

Pourquoi / dans quel but t’es-tu engagé·e dans Up For Europe ?

La question, dans mon cas, est plus pourquoi avoir continué le projet Up for Europe cette année. Je faisais déjà partie du projet l’année dernière, un peu par hasard, sans trop savoir si je pouvais ou non faire partie de cette cause et si je pouvais l’aider. Je suis maintenant certaine qu’on a tous un rôle à jouer et qu’on peut tous l’aider (à petite ou grande échelle), et que donc, j’ai ma place dans ce projet. Dans quel but ? Essayer de montrer que même si on est paumé.e et qu’on doute sans arrêt de notre capacité à changer les choses, il est important de s’engager car c’est à plusieurs qu’on arrivera à changer notre futur.

 

3 adjectifs pour le monde / l’Europe de demain ?

Bienveillant.e, Militant.e, Ouvert.e

 

Dernière oeuvre qui t’a marqué·e ?

Le retour de Moby Dick : ou ce que les cachalots nous enseignent sur les océans et les hommes de François Sarano. Un conseil, si vous n’avez pas rencontré / vu une vidéo avec François Sarano, faite-le, il est passionnant.